Retrouvez notre revue de presse hebdomadaire, cette semaine sur le thème de l’environnement et de la transition alimentaire.

#ELECTIONS #EUROPÉENNES

Lors des élections européennes, les jeunes se sont mobilisés en faveur de l’écologie. Des résultats qui font écho à la mobilisation étudiante tous les vendredi en faveur de la planète, initiée par Greta Thunberg et reprise partout dans le monde. Les jeunes français ont majoritairement voté pour Europe Ecologie Les Verts (EELV), devant le Rassemblement national et la République en Marche.  Le parti EELV a réalisé son meilleur score depuis 2009 avec 13,5% de votes. Avec 12 députés verts, la France se place deuxième pourvoyeur de députés écologistes derrière l’Allemagne. A l’échelle européenne, les Verts gagnent 25 sièges au Parlement, soit un total de 75 parlementaires.

#L’AFFAIREDUSIECLE

Une attaque en justice de quatre associations françaises – l’Affaire du Siècle – est en cours contre l’Etat. Pour rappel, Notre Affaire À tous, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et les Hommes, Greenpeace et Oxfam France ont décidé d’attaquer en justice l’Etat français pour inaction climatique. Le 20 mai dernier, le dossier complet a atterri officiellement entre les mains du juge. Pour gagner le procès, où l’Etat français pourrait être condamné à payer un euro symbolique en guise de sanction, les ONG s’appuient sur la jurisprudence des algues vertes bretonnes où l’Etat avait été reconnu en parti responsable de la prolifération des algues.

#LOIFINANCE2020

Le Gouvernement cherche à pallier son retard en matière de politiques environnementales en intégrant un “budget vert” dans la Loi Finance de 2020. L’objectif est que l’impact environnemental de toutes les décisions budgétaires soit pris en compte. Le mouvement Flyskam, ou honte de prendre l’avion,  lancée en Suède, a poussé l’État à remettre sur la table le projet de taxe sur le kérosène.

#MONTAGNEDOR

L’Etat cherche à verdire le secteur minier en réformant le Code Minier. Cela fait suite à l’annulation du projet de la Montagne d’Or en Guyane. Cette réforme a vocation à rendre l’extraction minière plus écologique et sociale. Ce secteur, essentiel pour assurer la transition écologique, fait l’objet de vifs débats. Une forte demande en métaux est à prévoir pour la fabrication d’éoliennes ou encore de batteries. La Banque Mondiale a compris cet enjeu et décidé de mettre en place un fond de 50 millions de dollars pour investir dans des mines et favoriser une exploitation plus propre.

#G7

Le début du mois de mai a été marqué par le sommet du G7 Environnement à Metz. Le rapport de l’OCDE “Financer la biodiversité, agir pour l’économie et les entreprises” indique que 500 milliards de dollars sont investis tous les ans dans des activités néfastes pour l’environnement. A titre de comparaison, les financements ayant des impacts positifs ne représentent que moins d’un dixième de cette somme. Un grand pas est encore nécessaire pour envisager une finance durable.

#ONU

Les 22 et 23 mai dernier, 120 pays se sont retrouvé à Nairobi dans le cadre d’un groupe de travail pour la création d’un pacte pour l’environnement mandaté par l’ONU. Cette nouvelle rencontre entre Etats s’est soldée par un échec. L’objectif d’obtenir un pacte juridiquement contraignant n’a pas été atteint suite à l’opposition de certains pays comme les Etats-Unis ou le Brésil. En résulte ainsi une simple déclaration politique, s’ajoutant à toutes celles déjà existantes depuis le Sommet de la Terre de Stockholm en 1972.

#MONSANTO

Nourrir une population grandissante est une problématique très liée à celle des pesticides, nécessaires pour produire à grande échelle. La question du glyphosate est revenue dans le débat suite à la nouvelle condamnation de Monsanto à verser 2 milliards de dollars aux époux Pilliod, tous les deux atteints d’un cancer d’un lymphome non-hodgkinien. Monsanto essuie pour la deuxième fois de l’année une amende record. L’interdiction du glyphosate et des pesticides soulève le problème de la transition alimentaire. En effet, comment garantir notre consommation d’aujourd’hui sans les pesticides sans changer nos habitudes alimentaires ? La réponse est sans doute liée à nos modes de production et de consommation. 

#ALIMENTATION

Une étude parue dans la revue médicale The Lancet affirme qu’en 2017, 11 millions de personnes dans le monde seraient mortes à cause d’une mauvaise alimentation. Celle-ci se caractérise par une surconsommation de viande, de sel et de sucre et une faible consommation de céréales complètes, de lait, de noix et de graines. Il faudrait réduire notre consommation de viande, ou encore de sucre, de moitié et favoriser celle des fruits et légumes. Cela nécessiterait notamment de réduire le secteur de l’élevage, considéré comme l’un des plus polluants (14,5% des émissions de gaz à effet de serre, FAO, 2013).

#PAC

Les élections européennes ont généré un débat autour de la Politique Agricole Commune (PAC). Celle-ci représente le premier budget de l’Union Européenne. Le budget sera revu à l’issue du vote pour la période 2021-2027. Il devrait considérablement être réduit, passant de 408 à 365 milliards d’euros. Des changements sont donc à prévoir. La PAC, qui fournit des subventions aux agriculteurs européens, soutient surtout les grandes exploitations, les subventions étant allouées en fonction du nombre d’hectare. Ce modèle ne correspond pas aux attentes des exploitations biologiques et locales mais permet d’être compétitif face à d’autres puissances agricoles.  

La transition signifiant innovation, Génération2 a eu l’opportunité de participer à la 3e édition de LFDay le 7 juin à Paris. Organisé par la Ferme Digitale, cet événement a mis l’accent sur la transition agricole et alimentaire dans le monde. Article à venir.