Retrouvez notre revue de presse hebdomadaire, cette semaine sur le thème de la jeunesse et de l’éducation.

#ASE

Le 7 mai dernier, une proposition de loi a été adoptée par l’Assemblée Nationale pour pallier les problèmes à la fin de la prise en charge des jeunes par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) à l’âge de 18 ans. En effet, beaucoup de jeunes n’ont pas encore sécurisé leur insertion socioprofessionnelle à cet âge-là. Cette proposition de loi, qui devait mettre en place une prolongation de la prise en charge de 18 à 21 ans, est vivement critiquée par les associations et les experts de l’aide sociale à l’enfance. Ils dénoncent notamment un texte vidé de son ambition première ainsi que des critères de prise en charge trop stricts. 

#JEUNESSEENGAGÉE

La jeunesse fait figure d’élément moteur pour la préservation de l’environnement. Aux quatre coins du globe, des jeunes lancent des procédures judiciaires à l’encontre de leur gouvernement pour dénoncer les pratiques non-environnementales. Une jeune pakistanaise a par exemple porté plainte contre son Etat, qui utilise du charbon pour produire l’électricité. Une situation similaire a eu lieu aux Pays-Bas, où 886 jeunes ont porté plainte pour dénoncer l’inaction de leur pays concernant les problématiques environnementales. Ils ont obtenu gain de cause, condamnant l’Etat néerlandais à réduire de 25% ses émissions carbones sur 5 ans. En France, quatre associations se sont emparées de ces problématiques, attaquant l’Etat en justice, afin de l’obliger à prendre ses responsabilités.

#EXAMENORAL

Pour combattre les inégalités sociales dans son processus de sélection, Sciences Po Paris a décidé de supprimer son emblématique concours écrit, afin de privilégier une sélection sur dossier (contenant les notes du lycée, du bac et un essai personnel), complété par un examen oral. L’objectif étant d’atteindre une plus forte mixité sociale au sein de l’école. En effet, l’examen oral est considéré comme plus égalitaire que l’écrit car il permet à tous les jeunes d’acquérir des compétences oratoires. Le développement de cette compétence devrait permettre, à terme, d’effacer ces différences, aujourd’hui considérées comme un marqueur social. En 2021, l’épreuve du bac aura aussi son grand oral. Selon le gouvernement actuel, cela représente une opportunité afin de développer ces compétences le plus tôt possible.

#BAC2019

L’édition 2019 du baccalauréat a été chahutée par certains enseignants qui ont manifesté leur mécontentement face aux réformes du lycée et bac engagées par le Ministre Jean-Michel Blanquer. La plateforme internet Bloquons Blanquer dénonce cette réforme et a participé au lancement de la grève, qui avait pour but d’alerter sur les dérives potentielles dues au nouveau bac. Les enseignants grévistes – on en dénombre 700 sur les 175 000 correcteurs – ont retenu les copies corrigées afin de retarder la publication des notes. Certains bacheliers, dont les notes ont été retenues, se sont donc vu attribuer une note temporaire, basée sur leur moyenne durant l’année, ce qui rompt l’égalité entre tous les candidats. Les 10 000 copies retenues ont été rendues dans la soirée du lundi 8 juillet. Les enseignants ont cependant annoncé qu’ils continueraient l’opposition dès la rentrée prochaine.

#HARCÈLEMENTSCOLAIRE

Le Monde était présent, le 3 juin, à la remise de prix du concours “Non au harcèlement”, en présence de Jean-Michel Blanquer et Brigitte Macron. Ce concours visait à favoriser la création artistique d’oeuvres, affiches ou vidéos, dénonçant le harcèlement chez les populations jeunes. Plus de 40 000 enfants ont participé à ce concours. Aujourd’hui, 9% des collégiens se disent victimes de ce fléau, contre 4.5% en 2015. Le harcèlement scolaire prend donc de plus en plus d’ampleur via les réseaux sociaux, puisqu’il persiste même en dehors du cadre scolaire. 

#AUTORITÉENCLASSE 

Le rapport TALIS de l’OCDE publié le 19 juin rapporte les difficultés qu’ont les enseignants à assurer une discipline dans leurs classes. Ce rapport compare les différents facettes du métier d’enseignant dans une cinquantaine de pays. La France se trouve, pour la plupart des critères, dans la moyenne. Mais concernant le maintien de la discipline, 73,5% des enseignants réussissent à calmer un élève perturbateur contre 85,3% de moyenne dans l’OCDE. Ces chiffres diminuent drastiquement lorsqu’il s’agit de professeurs débutants, tombant à 58,3%. Ce dernier résultat s’explique notamment par le fait que les enseignants débutants intègrent généralement à leurs débuts des classes réputées difficiles. 

#INTERNAT

Jean-Michel Blanquer souhaite revaloriser les internats en France. Sa méthode consiste à en cibler 240, existants ou nouveaux, afin de les transformer et de proposer une nouvelle image attractive de ces établissements, souvent considérés comme un espace “punitif” et de “mise en isolement”. L’objectif est de proposer un lieu propice à l’apprentissage à des jeunes méritants, venant de quartiers défavorisés ou d’espaces ruraux isolés, tout en permettant de combler les lits encore vacants. La révision du projet éducatif devrait prendre en compte différentes thématiques : les arts, le numérique, l’environnement, le sport, l’ouverture à l’internationale, la biodiversité et les sciences. L’objectif affiché est d’obtenir 13 000 internes supplémentaires.